Logo de la Région wallonne Allez directement au contenu de la page Commission des arts de Wallonie Recherche avancée
  FR - EN   Portail Wallonie | Accueil - Plan du site - Contact
 

"Ondulations telluriques" de Françoise et Georges Pirson

Patio du Centre administratif du Service public de Wallonie, Place de la Wallonie à Jambes (Namur)

 Le premier concours organisé, en 1993, par la Commission des arts, fraîchement installée, n'était pas un cadeau. Il était en effet demandé à des artistes, architectes ou paysagistes de concevoir l'aménagement du patio ouvert de l'immeuble des services centraux du Service public de Wallonie à Jambes ; soit un quadrilatère de vingt mètres de côté, entouré de hautes façades à l'apparence de jeux de construction : signes architecturaux divers, alternance de couleurs, oppositions légères de courbes et droites etc. L'ensemble architectural se lit comme une déclinaison épurée et contemporaine du vocabulaire de l'architecture classique.

Conscients que, dans un espace fermé comme celui-ci, il est inutile de rivaliser avec les façades, les deux lauréats, Françoise et Georges Pirson, respectivement sculpteur et architecte, ont préféré mettre l'accent sur les qualités essentielles du sol. Leur projet repose sur l'idée que le sol jaillisse naturellement, comme une excroissance régulière provoquée par des mouvements telluriques. La partie centrale du patio, couverte de dalle de grès ocre (psammite du Condroz), paraît gondoler sous l'effet d'une irrépressible force intérieure. Cette douce courbure s'oppose au mouvement vertical qu'impose l'architecture et concrétise un principe de travail auquel Georges Pirson tient beaucoup : "L'architecture adhère au corps de la terre qu'elle marque et épaissit de sa propre matière."

"Ondulations telluriques" de Françoise et Georges Pirson© Y. Fonck

Françoise et Georges Pirson Jambes 03 Françoise et Georges Pirson Jambes 02

Françoise et Georges Pirson Jambes 01

Des éléments verticaux en fer jaillissent du sol auquel les rattachent des tendeurs. Ce mouvement d'élévation évoque la présence de l'Homme (homo sapiens), dont l'une des étapes majeures du développement morphologique fut le passage à la station debout. A même le sol également, cinq sphères en fer oxydé, disposées selon une courbe exponentielle, suggèrent un long mouvement circulaire. Leur présence autorise des lectures plurielles. Elles peuvent évoquer la course des planètes autour du soleil, suggérer des masses de fer pur crachées par la terre nourricière, la représentation des électrons etc. Enfin, cinq blocs quadrangulaires recouverts de fines plaques de pierre composent un nouvel alignement régulier dont l'interrelation avec les autres mouvements contribue à amplifier la perception construite que l'on peut avoir de l'espace.

 

 

 droite
 bas
    Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité   Haut de la page