Logo de la Région wallonne Allez directement au contenu de la page Commission des arts de Wallonie Recherche avancée
  FR - EN   Portail Wallonie | Accueil - Plan du site - Contact
 

"La mémoire révélée" de Costa Lefkochir

Hall du bâtiment n° 1 du Centre administratif du Service public de Wallonie, Place de la Wallonie à Jambes (Namur)

 
Pour animer le premier hall d'accueil du bâtiment, l'artiste Costa Lefkochir a donné la pleine mesure de ses qualités de peintre, sur deux grandes peintures murales couvrant la totalité des murs (3 x 12 m chacune). Au coeur d'un jaune solaire, se  répand une forme noire, freinée dans son explosion par le poids de sa propre matière. Epaisse, elle se développe et libère des émanations sombres qui se mélangent au jaune dominant pour produire une gamme de teintes, allant des brunes terriennes à des oranges lumineuses. La grande peinture murale permet au peintre d'instaurer un dialogue dynamique avec l'espace pictural. Son geste doit être juste : il faut masquer les surfaces qui doivent s'ouvrir, laisser saillantes les autres, amplifier les nuances. Plus que jamais, la peinture exige l'engagement du peintre dans un corps à corps intense. Le mur en porte les traces, mais celles-ci ne sont pas les cicatrices douloureuses qu'il faudrait cacher. Elles sont justes et mesurées. L'épanchement lyrique reste précis ; il ne cède ni au hasard, ni à l'aléatoire.

     
Costa Lefkochir Jambes 01Costa Lefkochir Jambes 02

Au coeur même de la forme, se révèlent en filigrane des fragments de papier journal. C'est là, en son noyau vital, que la forme noire conserve la mémoire du temps qui s'écoule. Des extraits où sont compilés les catastrophes humaines, les événements planétaires, les drames et déceptions qui peuplent le quotidien, et parfois les instants de bref bonheur qui éclairent la vie et la rendent possible. La peinture de Lefkochir se veut un appel à la conscience, à la compréhension de l'histoire comme moyen de progrès pour l'humanité. "Qui ne connaît pas le passé est condamné à le revivre" avait écrit le philosophe américain d'origine espagnole, George Santayana (1863-1952). Cette phrase résume parfaitement la démarche de l'artiste. Cette réalisation monumentale clôt d'ailleurs un cycle que l'artiste avait consacré au Mahatma Ghandi.

 

 droite
 bas
    Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité   Haut de la page