Logo de la Région wallonne Allez directement au contenu de la page Commission des arts de Wallonie Recherche avancée
  FR - EN   Portail Wallonie | Accueil - Plan du site - Contact
 

"Les monochromes polychromes" de Francis Dusépulchre

Hall du bâtiment n° 2 du Centre administratif du Service public de Wallonie, Place de la Wallonie à Jambes
 

Dans le hall du bâtiment n° 2, quand Costa Lefkochir joue des infimes variations de teintes et des nuances raffinées qu'offre sa palette, Francis Dusépulchre choisit une autre voie. L'une n'est pas meilleure que l'autre, que du contraire ! Chaque artiste cherche la manière la plus adéquate de s'exprimer et les formes plastiques se distinguent les unes des autres. Amené à traiter un important pan de mur saccadé de décrochages et perturbé par deux colonnes imposantes, Dusépulchre décide d'amplifier la présence plastique de ce mur par un arc géant, jeté de part et d'autre des deux colonnes. Ce "pont" visuel se compose de panneaux de métal, teints d'un rouge incandescent et d'un bleu profond. La première teinte répond à une fonction de "signal", la seconde à une fonction de "dialogue".


                   
  Les "monochromes polychromes" de Francis Dusépulchre© Y. Fonck

 

Francis Dusépulchre Jambes 2 Francis Dusépulchre Jambes 3
Francis Dusépulchre Jambes 4 Francis Dusépulchre Jambes 5
© Transit

Bien que rigoureusement monochromes, ces panneaux éclatants réagissent différemment à la lumière. Les éclats lumineux approfondissent ou éclatent les couleurs, selon une modulation qui varie en fonction de la place que l'on occupe dans le hall. Le spectateur a alors l'impression que les teintes se modifient en fonction de ses déplacements. C'est particulièrement le cas du bleu que l'artiste a choisi pour ses qualités de modulation à la lumière.

Ce phénomène est accentué par la caractéristique essentielle de la démarche artistique de Francis Dusépulchre : l'animation sculpturale des surfaces. Les panneaux qui forment l'arc ne sont pas simplement apposés à même le mur. Au contraire, ils s'en démarquent et cherchent à prendre leur distance avec sa planéité verticale. Les plaques sont accrochées dans des plans différents, légèrement décalées par rapport aux autres et vis-à-vis du mur. De la sorte, elles absorbent et réfléchissent toujours différemment les diverses impulsions lumineuses. L'évidence simple du monochrome cède ainsi à un jeu subtil de nuances, à un théâtre d'ombres floues dont l'obscurité et la lumière sont les principaux protagonistes.

 droite
 bas
    Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité   Haut de la page