Logo de la Région wallonne Allez directement au contenu de la page Commission des arts de Wallonie Recherche avancée
  FR - EN   Portail Wallonie | Accueil - Plan du site - Contact
 

Focus : PRIX 2015

 

fb_banner_caw2coupé

Prix de la Commission des Arts de Wallonie 2015

Le jury a attribué le Prix 2015 à Mon Colonel et Spit (Eric Bassleer et Thomas Stiernon)

 

Airs de Paris, 2015. Installation. Céramiques, cartons, photosAmateur et collectionneur de céramique de Vallauris, Mon Colonel se frotte pour la première fois à cette technique dans l'installation qu'il réalise avec son comparse Spit pour le Prix de la Commission des Arts de Wallonie. Construit autour des souvenirs fragmentaires de ses voyages à Paris entre 2006 et 2015, cet ensemble reprend une dizaine de vases décorés d’enchevêtrements de dessins et de textes similaires à ceux que le duo développe dans ses séries d'aquarelles.
 
Découvrant Paris pour la première fois à 15 ans lors d'un voyage scolaire, Mon Colonel a toujours nourri une fascination pour cette ville, surtout depuis qu'un ami lui a fait partager le plaisir de recevoir un bocal d'air capturé dans la capitale française. Il s'inspire de cette démarche étrange de conserver du vide en réalisant des pots renfermant, parait-il, les cendres de près de 200 billets de train.

http://alicebxl.com/en/artists/artist/colonel-and-spit

 

Ses œuvres ainsi que celles des 6 autres candidats sont visibles jusqu’au 20 septembre au Musée Ianchelevici de La Louvière.

 

La Commission des arts est heureuse d'encourager ces jeunes talents et vous invite cordialement à découvrir cette exposition !

 

 

 
 
Du 12 au 20 septembre 2015
 
Remise du prix et vernissage de l’exposition des candidats le vendredi 11 septembre à 18h30
Musée Ianchelevici La Louvière
 
Dans l’esprit de soutien à la création artistique que sous-tendent les missions que lui a confiées le Gouvernement wallon, la Commission des Arts organise un prix, décerné pour la première fois ce 11 septembre 2015 à La Louvière. 
Elle souhaite ainsi encourager un jeune artiste né ou domicilié en Wallonie à poursuivre sa carrière en lui attribuant une aide financière et en lui offrant une participation à l’exposition des œuvres des sept candidats présélectionnés, présentée du 12 au 20 septembre au Musée Ianchelevici de La Louvière.
 
Pour cette première édition, 124 dossiers de candidature ont été réceptionnés. Sept artistes ont été retenus par un jury composé de membres de la Commission et de trois experts extérieurs (Alain Delaunois, journaliste culturel RTBF ; Valérie Formery, conservatrice du Musée Ianchelevici ; Jean-Marie Mahieu, artiste plasticien).
 
Les candidats de l'édition 2015 sont :
Un prix unique de 5 000 euros sera attribué. Le lauréat recevra son prix lors du vernissage au Musée Ianchelevici, le vendredi 11 septembre à 18h30.
 
Infos pratiques
Exposition du 12/09 au 20/09 2015
Du mardi au vendredi de 11h00 à 17h00, le samedi et le dimanche de 14h00 à 18h00
 
Musée Ianchelevici
21, place Communale, B-7100 La Louvière
+32 (0) 64 28 25 30
 
Commission des Arts de Wallonie
+32 (0) 081 32 15 01
Info-commissiondesarts@wallonie.be
 
 
Atelier Pica Pica - sans titreLe collectif pluridisciplinaire Atelier Pica Pica (Jérôme Degive, Manuel Falcata, Boris Magotteaux) s’apparente à une communauté sans hiérarchie, donc sans ego exalté. Ce sont des valeurs comme la collaboration, la sérendipité, l’intuition et l’authenticité qui fondent les démarches. Le modus operandi mêle en outre étroitement la création plastique et la vie ordinaire. Les recherches s’ancrent dans une investigation insolite de nos environnements urbains, ruraux et périphériques, dans la culture de notre temps et dans la façon dont ses composants interagissent. L’Atelier Pica Pica met en lumière le banal, magnifie le négligé dans des pièces où chacun des membres contribue à donner un accent spécifique à la mise en œuvre de matériaux qui vont du pneu de bicyclette à la peinture industrielle.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Laurent Duvinage - MeetingLe travail de Laurent Duvinage constitue une approche sensible de la notion de frontière et des divisions qu’elles impliquent. Il repose sur le corps physique ou représenté qui se trouve questionné sur les différents modes de relation dont il peut être l’acteur. Le corps-outil ou le corps-messager - matière à la fois poreuse et imperméable - permet à Duvinage de développer une réflexion sur notre présence au monde, nos absences et nos errances. Dans Meeting et Personnes de même latitude, il utilise le système de cartographie en ligne Google Street View où l’on peut voir des espaces publics peuplés de personnes au visage flouté. S’y bousculent des interrogations sur la conscience à l’image, le hasard, l’identité, l’anonymat…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Impeduglia tryptique ordre accrochageLIGHT2Peintre, dessinateur, touche-à-tout actif sur la scène internationale depuis une quinzaine d’années, Laurent Impeduglia développe une œuvre en perpétuelle mutation. La litanie de ses sources d’inspiration est vertigineuse : depuis les religions qui fondent nos sociétés jusqu’à la culture pop en passant par les iconographies de la héroïsation, de la fabrication industrielle, du pouvoir ou du fétichisme de la marchandise. Il peut ainsi mettre en scène des personnages souvent tirés d’univers enfantins (publicité, jeux vidéo, comics…) qu’il combine sans hiérarchie et sans but apparent avec des éléments naturels ou architecturaux, des formes abstraites et des symboles parfois obscurs. Souvent domine une vision violente et ironique de l’absurdité d’un monde vide de sens.
 
 
 
 
 
  
 
 
Jonas Locht - Smog machineLes sculptures de Jonas Locht partagent l’étrangeté des artefacts tombés des convois intergalactiques. Comme sa Smoke Machine (2012) qu’il présente photographiée dans l’atmosphère irréelle d’un dancing bruxellois, Free Fall a cet aspect à la fois artificiel, impeccable, infaillible et inhumain des objets technologiques. Sans doute l’indétermination fonctionnelle de ces pièces introduit-elle une forme d’ironie en tension avec sa géométrie, son caractère abstrait et sa qualité d’ « objet bien fait ». Cette dernière permet de les associer aux recherches d’autres figures de la jeune scène belge comme Frédéric Platéus chez qui Devrim Bayar reconnaît une parenté avec la tradition du Fetish Finish, où « les artistes puisent leur inspiration en toute liberté dans leur environnement quotidien : la culture populaire, les sports en vogue (notamment le surf), les techniques artisanales (la peinture sur tôle métallique, par exemple) et les technologies de pointe (l’industrie aéronautique étant alors en plein essor). »
 
 
 
 
 
 
 
Xavier Mary
Xavier Mary - Digital Monolithe Silver ChromeDigital Monolithe fait dialoguer les fondements du métier de tailleur de pierre - débiter les coins d’un bloc - avec un procédé de fraisage de haute technologie. Piloté par un programme de modélisation 3D, ce dernier permet d’obtenir l’image d’une agglomération de polygones coupée dans la masse d’un bloc de polystyrène. L’emploi d’une peinture « chrome » et de vernis qui décomposent le spectre des couleurs permet de singulariser chacun des tirages. Présentées sur des socles-miroirs, les pièces se perdent dans des jeux de reflets dont la valeur décorative est questionnée par les plantes exotiques qui finissent les installations. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Benjamin Monti
Benjamin Monti - sans titreTrès actif au sein du collectif Mycose (1999-2008), Benjamin Monti appartient à cette génération spontanée qui n’a cessé de décloisonner les univers des arts plastiques, de la bande dessinée et de l’illustration. Collectionneur patenté, il chine les livres et les images anciennes, rassemble des curiosités imprimées, des carnets usagés, des cahiers d’écolier, des dessins anonymes et oubliés. Copiste attentif, il les hybride, les recycle dans des compositions d’une étonnante densité poétique.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mon colonel et Spit
Mon Colonel & Spit - Airs de ParisAmateur et collectionneur de céramique de Vallauris, Mon Colonel se frotte pour la première fois à cette technique dans l'installation qu'il réalise avec son comparse Spit pour le Prix de la Commission des Arts de Wallonie. Construit autour des souvenirs fragmentaires de ses voyages à Paris entre 2006 et 2015, cet ensemble reprend une dizaine de vases décorés d’enchevêtrements de dessins et de textes similaires à ceux que le duo développe dans ses séries d'aquarelles.
Découvrant Paris pour la première fois à 15 ans lors d'un voyage scolaire, Mon Colonel a toujours nourri une fascination pour cette ville, surtout depuis qu'un ami lui a fait partager le plaisir de recevoir un bocal d'air capturé dans la capitale française. Il s'inspire de cette démarche étrange de conserver du vide en réalisant des pots renfermant, parait-il, les cendres de près de 200 billets de train.

http://alicebxl.com/en/artists/artist/colonel-and-spit

 

 droite
 bas
    Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité   Haut de la page